🎙 Clavardage est disponible sur Apple Podcast, Google Podcast et Spotify ! 🎙

Si les interfaces conversationnelles sont partout, comment s’assurer qu’elles soient aussi pour tout le monde ? C’est l’enjeu sur lequel nous nous penchons cette semaine dans cet Ă©pisode de Clavardage avec Amina Esselimani, la fondatrice de SpeakUX. Quelle mĂ©thode adopter pour concevoir son expĂ©rience conversationnelle ? Comment s’assurer de limiter les biais dans la conception de ses scĂ©narios ? Pourquoi la voix et les assistants vocaux prennent-ils une place toujours plus importante dans nos usages ?

Au menu de cet Ă©pisode

💬 Comment on conçoit un chatbot utile et performant
đź’¬ Pourquoi les interfaces vocales prennent une telle importance
đź’¬ Comment s’assurer de concevoir des expĂ©riences conversationnelles inclusives
đź’¬ L’impact sur les performances quand on est attentif Ă  l’inclusivitĂ© de son expĂ©rience

Savoir identifier les bons cas d’usage, c’est 50% du travail

Dans cet Ă©pisode de Clavardage, Amina Esselimani nous explique quel mĂ©thode elle applique avec son Ă©quipe chez SpeakUX lors de la conception d’expĂ©riences conversationnelles : de l’identification des bons cas d’usage Ă  l’Ă©criture des dialogues en passant par l’entraĂ®nement de l’IA et la dĂ©finition du persona du chatbot : tout est expliquĂ© en dĂ©tails.

DĂ©marrer par les happy paths

Une fois le cas d’usage identifiĂ©, Amina Esselimani dĂ©marre toujours par les “happy paths” : les scĂ©narios oĂą tout se passe bien pour l’utilisateur. Ils sont ensuite testĂ©, puis complĂ©tĂ©s par le reste de l’expĂ©rience : lorsque l’utilisateur dit non, ou lorsqu’il sort complètement du tunnel prĂ©vu pour le bot. “Ca permet de couvrir tous les cas, y compris les Ă©checs, et d’amĂ©liorer l’empathie du chatbot” explique Amina Esselimani.

Avoir l’inclusion en tĂŞte Ă  chaque Ă©tape

Pour des raisons d’Ă©galitĂ© Ă©videntes, mais Ă©galement pour la bonne adoption du chatbot, il est clĂ© d’avoir en tĂŞte Ă  chaque Ă©tape de la conception de son chatbot.

Ce n’est pas propre au conversationnel. Mais comme on est dans une expĂ©rience tunnel, on a 1 000 fois plus de risque d’ĂŞtre exclusif.

On doit donc faire attention Ă  la dĂ©finition du persona du chatbot (son nom, son avatar, sa voix), aux donnĂ©es d’entrainement de l’IA et Ă  couvrir tous les cas dans son scĂ©nario. Une phase de test implicant des utilisateurs reprĂ©sentatifs est donc essentielle. Et elle doit se poursuivre au delĂ  du lancement du chatbot, pour amĂ©liorer l’expĂ©rience au fil de l’eau.

OĂą suivre Amina Esselimani ?

👉 Sur LinkedIn
👉 Sur Instagram

Recevez une invitation Screeb et commencez à améliorer votre rétention grâce à nos surveys conversationnels ! 👇